Le Zona

Publié le par Systole

Le Zona est une maladie infectieuse qui a des répercussions au niveau cutané. L'agent impliqué est le virus herpétique Varicelle-Zona Virus (VZV). Comme son nom l'indique, c'est le même virus qui provoque la varicelle, affection qui survient généralement pendant l'enfance ou la jeunesse. Ainsi, on en déduit que le Zona consiste en une réactivation de ce même virus.


Epidémiologie : on pense qu'environ 10% des personnes ayant eu la varicelle réactiveront ce virus et souffriront du Zona (herpès zoster), généralement vers l'âge de 50-70 ans, même s'il peut survenir durant l'enfance ou la jeunesse.


Mécanismes physiopathologiques : Après une première infection par le VZV (=varicelle), le virus reste caché au niveau des ganglions nerveux sensitifs de la moelle épinière ou du crâne.  Sous l'influence de certains événements (stress, maladie...), le virus se réveille et migre au niveau de la peau qui est innervée par le nerf "infecté" : c'est le Zona.

Symptômes cliniques : on retrouve tout d'abord chez le patient atteint de Zona de fortes douleurs au niveau de la peau, que ce soit sur le torse et le dos (si le virus était dans un ganglion de la moelle) ou sur le visage (si le virus était caché dans un nerf crânien). Après cette première phase d'environ une semaine, on remarque sur la peau du patient un amas de petites vésicules (claires) qui se trouvent sur le trajet du nerf infecté par le virus. On notera d'ailleurs que les douleurs et les manifestations de la peau se trouvent quasiment toujours sur une moitié du corps, vu que chaque ganglion nerveux innerve la moitié gauche ou droite. Après cette phase d'éruption, les vésicules vont se transformer en croûtes et vont sécher petit à petit.

Les Complications possibles : on citera le zona ophtalmique, c'est-à-dire l'atteinte par le virus d'un oeil. Cette complication redoutable peut survenir lors d'un Zona du visage. Chez un patient qui a une diminution de l'immunité (SIDA, transplanté), le Zona peut se manifester sous des formes très étendues.

Les Névralgies post-Zosteriennes : il s'agit de douleurs intenses de type "nerveuses" survenant après la disparition du Zona à proprement parler. Afin d'en diminuer l'intensité, un traitement antiviral durant la phase "Zona" est particulièrement important.

Traitement du Zona : médicament antiviral (Acyclovir). Traitement des douleurs post-zosteriennes : on essayera progressivement des analgésiques de puissance croissante (Paracétamol, Aspirine... Dérivés de la morphine et antiépileptiques ou Gabapentine/Prégabaline dans les cas difficiles...)

NB : Après une réactivation du VZV qui se manifestera sous la forme d'un Zona, une nouvelle réactivation est heureusement très rare.


Cliquez ici pour voir quelques photos...

Publié dans Maladies de la peau

Commenter cet article

leila 03/04/2011 00:59


bonjour ca fait 5 mois qu a chaque periode des regles j ai une sorte de petit bouton rouge en bas du dos avec démangeaison j ai vu le généraliste et il ma confirme que c du zona il m a donne des
comprimes varilux a prendre 3 fois par jour pendant 7 jours et dernierement j ai eu une sorte de rougeur enflee comme une morcure d insecte sur ma cuisse avec des demangeaison je ne sais vraiment
pas si c du zona ou quelque chose d autre si quelqu un peut m aider je le remercie a l avance


Françoise 03/06/2009 21:41

en lisant ces messages, j'ai l'impression que je suis particulièrement gâtée avec mon zona car j'entame ma 9e année de souffrance. J'ai vu plusieurs dermatologues mais aucun n'a été capable de diagnostiquer le zona car depuis de nombreuses années je souffre de dépression chronique sévère. Les médecins faisaient vite un diagnotic de prurigo psychologique, je suis allée voir un professeur dans un hôpital, résultat pour 60e j'ai eu droit à une prise de photo, le professeur n'a même pas examiné les lésions de près, il a seulement dit qu'il ne me laissait pas rentrer chez moi dans cet état et j'ai donc été hôspitalisée 2 semaines en dermatologie mais n'ai pas eu de traitement à part une pommade grasse et on m'a dit de continuer mon traitement pour la dépression, je n'ai pas vu le médecin une seule fois, seul un interne passait en coup de vent 2x/semaine. Au bout de ces 2 semaines on m'a changé de service pour me mettre en....psychiatrie (sans autre traitement que celui que je prenais chez moi) J'avais parfois envie de hurler tellement ça me brûlait, mais le personnel médical m'ignorait. J'avais juste un suivi avec une psychologue 1x/semaine. Au bout de 5 semaines on m'a laissé partir dans l'état où j'étais en arrivant sauf qu'ensuite c'est l'autre côté du visage qui a démarré jusqu'en bas du cou, j'avais l'impression d'être en feu. C'était en 2006. Autre endroit début 2002...je devais mettre un coussin pour m'assoir tellement j'avais de cloques éclatées, puis la jambe le long du nerf sciatique à droite puis à gauche. Je passe sur les autres endroits touchés.Début 2008, n'en pouvant plus car en plus j'ai une fibromyalgie, j'ai demandé à mon généraliste un traitement pour le zona, il m'a donné du ZELITREX à forte dose pendant 2 semaines, puis j'ai continué à moindre dose et en prends toujours car dès que j'arrête ça repart de plus belle. Depuis un an j'applique du COMFEEL+ Brûlures, ça calme un peu les douleurs. L'infirmière m'a donné les coordonnées d'un barreur mais je ne crois pas trop à ces méthodes, je vais quand même essayer car la personne vient à domicile (je ne peux plus me déplacer dehors sans fauteuil roulant) Vive la fibromyalgie et le zona!!!!! Les seules personnes que je vois sont les infirmières, le médecin et mes auxiliaires de vie. Je n'ai plus qu'à attendre un miracle. Si des personnes sont passées par les mêmes épreuves, merci de me redonner un peu d'espoir. Je n'en peux plus.......
Françoise

nad 23/11/2007 15:32

merci d'avoir répondu si vite.
Je suis actuellement sous traitement médicamenteux: lyrica (neuroleptique) et klipal (paracétamol et codéine).

Les douleurs sont moins vives mais tjs présentes, alors je prends mon mal en patience et essaye tant bien que mal d'avoir une vie normal mais c'est très difficile.
Par exemple, j'étais dans un magasin l'autre jour , essayant un manteau quand j'ai de nouveau reçu un coup de poignard dans le dos, ce qui m'a obligé à me plier en deux, je crois que j'ai térrorisé les vendeuses qui ont du croire que je faisais une crise cardiaque. c'est un peu pénible ce genre d'évenement. Enfin, je n'ai pas le choix, je fais avec.
cordialement

Systole 23/11/2007 16:48

Oui, tout à fait, ce ne doit pas être très simple tous les jours d'avoir de telles douleurs... et quoi qu'on en dise, le regard des autres est important. Je vois que vous avez déjà un traitement adéquat pour cela, j'espère que cela vous aidera. A noter que le Lyrica fait justement partie de ces "anti-épileptiques" qui agissent sur des récepteurs particulier (GABA), notamment de la douleur, et que ce n'est pas un neuroleptique.Bonne soirée

nad 23/11/2007 14:55

salut ,
J'ai eu un zona l'année dernière que j'ai soigné à la fois avec des médicaments et en me faisant magnétiser. En tout cas, les douleurs atroces, car c'est vraiment sournois comme maladie, ont disparu au bout de deux jours. Nickel!
Par contre, suite à deux décès consécutifs en octobre 2007, les douleurs sont revenues et actuellement, je passe la majeure partie de mon temps avec l'impression qu'un killer me brule de dos en permanence et qu'il m'inflige des coups de poignards quand il en ressent le besoin. Cela fait 15 jours que je vis ce calvaire et cela commence sérieusement à me peser.
Est ce possible que les douleurs post-zosteriennes puissent revenir comme cela?
Merci , cela fait du ien d'en parler un peu car je commence à peter un cable.

Systole 23/11/2007 15:03

Bonjour Nad!Pour ce qui est du premier épisode de Zona, il dure environ trois semaines quoi que vous fassiez et certains magnétiseurs utilisent ce moyen pour faire croire que leurs soins ont véritablement changé quelque chose... mais c'est difficile à vérifier, n'est-ce pas? Si vous en êtes contente, c'est l'essentiel. Pour ce qui est des douleurs post-zostériennes (car c'est manifestement ce dont il s'agit), elles surviennent chez une proportion non-négligeable des patients n'ayant pas pris des antiviraux à temps, et chez une plus faible proportion chez ceux qui l'ont fait... quoi qu'il en soit, cela mérite l'attention de votre médecin, car si ces douleurs ont un caractère neurogène (lancinante, comme des courants électriques...), votre douleur doit être soulagée en conséquence avec certains traitements qui ont parfois des effets indésirables gênants (somnolence, troubles digestifs), mais sont efficaces : rivotril et autres "anti-épileptiques" (qui sont utilisés pour autre chose que l'épilepsie, bien entendu)Je vous remercie de votre commentaire

leila 25/10/2007 11:53

salut Systole s'il vous plait dites moi s'il existe un nouveau traitement pour la chéelite?combien peut durer cette maladie,je veux lire du nouveau sur ce *syndrome*surtout les conséquences.merci

Systole 25/10/2007 12:10

La chéilite n'est tout d'abord pas un syndrome. C'est l'inflammation des lèvres, le plus souvent en raison d'une cause irritative (produits cosmétiques), mais parfois secondaires à une infection, notamment candida, ou à un tic de léchage. Comme la plupart des chéilites sont dues à des produits qu'on met sur les lèvres, le traitement essentiel et principal est l'éviction, c'est-à-dire l'arrêt de ces cosmétiques.Voici une page web qui reprend en détail de quoi il s'agit : http://www.dermaptene.com/zoom/index.php?titre_ssrub=selon%20le%20si%C3%83%C2%A8ge&id_art_select=116&id_rub=2&id_ssrub=47Bonne journée