La Schizophrénie

Publié le par Systole

La Schizophrénie est un trouble psychiatrique relativement fréquent, obscur et souvent mal perçu par le public. Il se traduit par la présence chez le patient d'idées délirantes, de troubles de la perception sensorielle (hallucinations), d'un comportement désorganisé et d'une affectivité anormale, ce qui va résulter en des difficultés à interagir avec son entourage et la société, et ce de manière chronique.


Epidémiologie : on estime à environ 1% la prévalence de personnes qui peuvent être atteints de schizophrénie durant leur vie. Il n'y a pas de différence statistique entre les hommes et les femmes, mais les patients issus de classes sociales plus défavorisées semblent plus vulnérables. On remarquera que la maladie débute le plus souvent entre 15 et 35 ans.


Mécanismes physiopathologiques : de nombreuses hypothèses ont été formulées pour tenter d'expliquer la survenue de la schizophrénie chez un patient, mais aucune ne semble unanime, ce qui nous oriente vers des causes multiples : une prédisposition génétique, une activité cérébrale anormale, notamment au niveau de plusieurs "messagers chimiques" (neurotransmetteurs) comme la Dopamine et la Noradrénaline. Le modèle appelé "stress-diathèse" est souvent utilisé pour illustrer l'apparition de la maladie : un terrain personnel qui prédispose le patient à développer la maladie, puis un stress important qui la déclanche (séparation, drogue, traumatisme émotionnel). L'environnement (famille, relation) joue sans doute un rôle important, notamment dans le cas d'une personne déjà schizophrène dans notre famille.


Symptômes et classification : on a souvent l'habitude de classer les différents symptômes qui caractérisent la Schizophrénie comme symptômes dits "positifs" et "négatifs".

Symptômes positifs :


- Idées délirantes : le patient se construit une réalité différente, ce qui résulte en des idées fausses de persécution, grandeur, pensée mystique (le patient pense être un messager de Dieu par exemple)...

- Hallucinations : le patient perçoit des stimulations sensorielles qui n'existent pas réellement. Elles peuvent toucher tous les sens, mais sont le plus souvent auditives (voix menaçantes, ordres)

- Discours désorganisé : le patient présente, en dehors du contenu anormal de son discours (idées délirantes), un trouble de l'expression de sa pensée (passe du coq à l'âne, incohérent...)

Symptômes négatifs :


- Affect anormal (tonalité des émotions par rapport à l'entourage) : diminution de son intensité (émoussement), labilité émotionnelle...


- Perte de volonté et de plaisir


NB : Ces symptômes seront associés à une difficulté à distinguer les limites du Moi, à un comportement psychomoteur altéré (agitation ou apathie), à des troubles de l'attention...


Pour faire un diagnostic de Schizophrénie, un certain nombre des symptômes cités ici doivent être présents pendant au moins 6 mois et ne pas être reliés à une maladie organique (démence, infection, prise de médicaments ou de substances). Ceci nous amène à discuter du caractère chronique de la Schizophrénie, qui va se présenter classiquement sous la forme d'une détérioration progressive entrecoupée de périodes de "crises" et d'accalmies (rémissions). En général, les symptômes "positifs" (idées délirantes, hallucinations) vont diminuer avec les années tandis que les symptômes "négatifs" (isolement, perte de motivation) auront tendence à perdurer.


Traitement et prise en charge : un patient schizophrène nécessitera un traitement basé sur une approche multiple. Des médicaments seront pris de manière chronique pour diminuer les risques de rechute qui sont importants. Pour cela, on utilisera des Antipsychotiques (ou Neuroleptiques) comme l'Halopéridol ou la Chlorpromazine, qui peuvent cependant avoir des effets secondaires gênants à long terme (troubles du contrôle du mouvement comparables à ceux de la maladie de Parkinson). Une nouvelle génération de médicaments antipsychotiques comme le Rispéridone ou l'Olanzapine ont permis de diminuer ces effets secondaires. Outre ces comprimés, le patient suivra une psychothérapie comportementale ou de groupe pour pouvoir mieux gérer son quotidien et son anxiété, car il faut noter que le risque de suicide est très important chez ces patients (50% feront au moins une tentative de suicide et 10% en mourront effectivement).

Quelques mots enfin sur la prise en charge à long terme, qui comprend des activités dans des ateliers protégés ainsi qu'une aide pour l'hébergement. Afin d'éviter des rechutes, le patient ainsi que ses proches doivent être mis au courant des signes avant-coureurs d'une nouvelle "crise", qui peut se manifester par une attitude perplexe, un état dépressif ou une sensation de terreur, notamment.


NB : à la lumière de ces explications, on comprend que la schizophrénie est à distinguer catégoriquement de la "personnalité multiple" auquel le public l'associe parfois, mais qui entre dans le cadre des troubles dissociatifs, nettement plus rares.


Commenter cet article

syboule 22/01/2008 15:39

hum hum voilà!
Je dois dire que cette maladie est fascinante, intéressante, insaisissable... (bien sûr je ne veux pas parler de la souffrance qui elle est réelle) mais plutôt de l'aspect même de la maladie qui donne au patient cet air si distant si étrange!!
est-il capté par ses troubles (hallucinations, angoisse délire, pensée déstructurée) ou se replie-t-il du monde qu'il ne comprend plus, parce que son langage est devenu si différent du monde réel...
Ou alors est-ce que le schizophrène n'est pas déjà un "mort-vivant" entre le monde des morts et celui des vivants ... d'ailleurs le suicide est très présente dans cette maladie ...

bonne journée

Systole 23/01/2008 10:58

Insaisissable, c'est certain... pour répondre à ta question, le patient schizophrène ne pense généralement pas que ses idées délirantes sont un pur produit de son imagination, mais plutôt quelque chose qui va de soi. Ensuite, il est difficile de savoir, au fond, s'il y croit vraiment ou si c'est un mécanisme de défense "naturel"...

Cépaduluxe 27/06/2006 16:47

merci de la réponse
et pour la correction
bonne continuation
Salut

Systole 28/06/2006 11:04

Merci à toi de me l'avoir fait remarquer!

Cépaduluxe 27/06/2006 11:33

j'ai lu votre article sur la schizo ;
c'est un bon article ;
je suis moi même schizophrène ;
je crois que vous oubliez la dimension du handicap ;
vous pourriez ajouter dans "traitement et prise en charge" : les schizophrènes pour se réinsérer ont généralement besoin d'être pris en charge par les structures destinées aux handicapés pour leur hébergement ou leur emploi ; ils doivent aussi se soumettre à une discipline de vie exigeante pour limiter les stress et accepter de vivre d'une manière moins ambitieuse qu'avant leur maladie
voila
Salut

Systole 27/06/2006 12:56

Bonjour Cépa ;-)Je suis tout à fait d'accord avec cela et je suis effaré de voir que je n'ai pas traité cet aspect... Erreur corrigée de suite!Merci

Carmen Molina 12/05/2006 12:11

J'ai malheureusement dans mon entourage proche une personne schizophrène et je voudrais ajouter au débat que les schizophrènes sont souvent très intelligents et peuvent donner l'impression quand ils ne sont pas en crise d'une totale normalité, voire d'une supériorité, c'est pour çà qu'on parle de personnalité multiple, ce qui comme vous l’indiquez très bien n’est pas le cas. Pour ce que je peux observer, les causes semblent venir à la fois du milieu et de l’évolution de la personne, et là aussi le médical et le psychologique sont très liés, les médicaments et la psychothérapie sont indispensables, sauf qu’il est très difficile pour un schizophrène de faire une thérapie suivie, ce dont il aurait bien entendu le plus grand besoin.
Carmen Molina

Systole 12/05/2006 14:07

Merci infiniment pour ce commentaire, l'expérience personnelle ou de l'entourage est toujours très appréciée sur un blog comme celui-ci, destiné à un public large.

Stephanie 09/05/2006 18:03

Ouah trop cool ton site ! Je trouve bien que tu expliques des maladies psychiatriques, car on en parle bcp, on en entend souvent parler mais on ne sait jamais avec précision de quoi il s'agit. Bravo !

Systole 09/05/2006 18:14

Content que tu trouves ce que tu cherches, A+