Le Trouble panique

Publié le par Systole

Le Trouble panique et l'Agoraphobie font partie des troubles anxieux qui se définissent par une appréhension face à une menace inconnue ou floue et des réactions disproportionnées qui vont provoquer une souffrance marquée au niveau émotionnel et social.


Epidémiologie : environ 2 à 4% de la population va souffrir de troubles paniques durant sa vie et ce souvent vers l'âge de 20-30 ans. La prévalence est globalement tout aussi importante chez les individus de sexe masculin et féminin.


Mécanismes physiopathologiques : on retrouve chez les patients avec un trouble panique une réactivité excessive du système nerveux autonome, c'est-à-dire celui qui contrôle les activités comme la tension artérielle, la digestion, la sudation et d'autres fonctions vitales sur lesquelles on ne peut influer par la pensée. Au niveau analytique, Freud a pensé que l'anxiété était provoquée par la peur archaïque de la "désintégration", qui amène à la peur de perdre un être aimé ou la peur de la castration.


Symptômes : un trouble panique se caractérise par l'apparition soudaine d'attaques de panique, c'est-à-dire une période limitée de crainte ou de malaise intense, lors de laquelle le patient a ressenti des palpitations, une transpiration, des tremblements, une impression d'étouffement, des nausées, la peur de perdre le contrôle ou de mourir. En dehors de ces attaques de panique, le patient qui présente un trouble panique va ressentir une crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique et va changer son comportement en fonction de cela. De plus, il va craindre les implications de ces crises répétées en pensant qu'à terme, il va devenir "fou" ou avoir une crise cardiaque.

Le trouble panique peut être associé à une agoraphobie, soit la peur des grands espaces (places, foule, magasins...) dont le patient craindra de ne pas pouvoir s'echapper rapidement. Notons que le patient admet le plus souvent que ses réactions sont disproportionnées par rapport à la situation.


Evolution et traitement : les attaques de panique peuvent survenir plusieurs fois par semaine et sans traitement, le trouble va évoluer durant des années, ponctué par des périodes plus calmes et d'autres plus éprouvantes. Une prise en charge par un médecin spécialisé (psychiatre) sera fortement recommandée et bénéficie d'excellents résultats. Elle repose comme souvent sur deux piliers : des médicaments et une psychothérapie.

Certains médicaments comme les Benzodiazépines ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années, mais leurs effets secondaires (somnolence, fatigue) peuvent d'avérer désagréables. Depuis quelques années, les nouveaux antidépresseurs comme le Citalopram ou la Paroxétine ont montré une très bonne efficacité tout en ayant des effets indésirables limités. L'approche psychothérapeutique est très variable : elle peut s'orienter vers la recherche des causes sous-jacentes du trouble panique (analytique) ou aider le patient à "gérer" les situations de stress (thérapie comportementale) en insistant sur le caractère anodin de ces craintes, une exposition progressive dans le milieu qui provoque ces attaques de panique (flooding) ou des techniques de relaxation.

Commenter cet article

mutuelle 07/06/2012 14:37

Bonjour,
La nausée m'est déjà arrivé à moment donnée!

ferd 07/02/2008 20:36

les crises de panique sont du un probleme personnelle lapersonne devrait essayer de regler ,mais le probleme vient aussi des demons qui profitent de cette faiblesse pour attaques les personnes ils leur insufflent des mauvaises pensees pour cela travailler son probleme et demander de l aide a DIEU contre leur inspirition.

Karine 18/01/2008 02:51

comment expliquer que l'on puisse devenir claustrophobe a 37 ans après avoir fait ces mêmes choses durant des années (peur de l'ascenseur , j'ai vécu a paris 27 ans) peur de l'avion ( je l'ai pris au moins une vingtaine de fois et 'j'ai toujours adoré ça )etc ... en fait cette peur se transforme en crise d'angoisse et ça me pourrit la vie et celle des autres merci karine

Systole 20/01/2008 12:47

Oui, c'est là tout le mystère de cette pathologie! Ce n'est pas une peur primaire d'une chose qu'on n'a jamais connu... J'espère que vous parviendrez à surmonter ces moments difficiles!

Bambou 12/03/2007 00:22

Bravo pour cet article qui résume plutôt bien ma situation. Bravo et Merci. Bambou

Systole 12/03/2007 20:06

Bonsoir Bambou!Le but principal de ce genre d'article (et finalement du site dans son entièreté) est de décrire brièvement mais clairement ce dont souffrent les gens... et si cette description te convient et que tu t'y retrouves, mon pari est gagné ;-)Je te remercie de ton passage et je passe tout de suite chez toiA+

La muse 22/06/2006 17:25

... parce que la crise de panique, je connais depuis mes 20 ans (et j'ai "plus-20-ans-depuis-longtemps" !), je voudrais signaler un truc qui marche sur moi (encore faut-il que je ne me trouve pas seule à ce moment-là..).
Chez moi, le trouble panique se manifeste par une IMPOSSIBILITE totale et terriblement effrayante de respirer (tout est bloqué), la pensée devient très aigüe, tout semble s'accélérer... et parfois, "on" vous regarde en se poilant !!! sauf que... je ne connais rien de pire !
Le truc en question :
Ca s'appelle la manœuvre de Heimlich. A l'origine, c'est pas du tout fait pour ça, mais pour aider quelqu'un qui s'étouffe à cause d'une obstruction dans les voies respiratoires.

- passer ses bras sous ceux de la "victime"
- mettre un poing au-dessus du nombril, l'autre main par-dessus votre poing
- enfoncer le poing d'un coup sec vers vous et vers le haut
- répéter cinq fois cette technique

Ceci augmente la pression dans les poumons et permet l'explusion vers le haut du corps étranger"

en espérant que ça puisse servir à qqun !
salut à tous ...

Systole 22/06/2006 19:36

Hello! Une méthode originale, en effet... Si cela fonctionne, tant mieux! Dans tous les cas, le corps étranger reste quelque peu "impalpable", mais l'important est que cela t'aide dans ce moment de détresse!A+ et merci