La Polyarthrite rhumatoïde

Publié le par Systole

La Polyarthrite Rhumatoide (PR) est une maladie fréquente qui touche les articulations et éventuellement d’autres organes. Comme la plupart des maladies dites « rhumatologiques », on ignore la cause exacte mais certains mécanismes ont déjà été élucidés. A terme, la PR représente une proportion importante d’invalidité.

 

Epidémiologie : environ 1% de la population est touché par la PR, et les femmes sont atteintes 3-4 fois plus souvent que les hommes. Dans le sang des patients malades, on retrouve un certain antigène (HLA DR-4) dans 70% des cas, cependant un quart des sujets sains sont également positifs pour cet antigène.

Mécanismes physiopathologiques : la Polyarthrite Rhumatoïde fait partie de ces maladies qu’on appelle « auto-immunes » dans le sens où les cellules de défense du patient vont réagir contre des constituants de son propre corps. Dans le cas de la PR, les lymphocytes (cellules de l’immunité) vont attaquer des composants de la muqueuse qui tapisse les articulations (la synoviale). Ceci va conduire à une destruction lente et progressive des cartilages articulaires.

 

Symptômes et diagnostic : un patient atteint de PR va ressentir des symptômes généraux comme un amaigrissement, une transpiration pendant la nuit, des douleurs musculaires et éventuellement des lésions au niveau des ongles. De plus, les articulations vont être touchées : typiquement, ce sont d’abord les articulations des doigts qui sont atteintes, et ce des deux côtés et de manière simultanée. Avec le temps, la maladie va se propager éventuellement au niveau de la main, du poignet, ou d’autres articulations. Les membres sont douloureux quand on les mobilise et enflés, surtout le matin au réveil. L’inflammation des tendons au niveau du poignet peut conduire à un syndrome du canal carpien, c’est-à-dire la compression d’un nerf qui innerve la main (le nerf médian). Avec le temps, on pourra noter une déformation des mains et des doigts assez caractéristique. D’autres organes peuvent être touchés de façon facultative : le cœur et les poumons, même si aucun symptôme n’est décelé la plupart du temps, mais aussi les yeux (inflammation de la cornée et de la conjonctive = kératoconjonctivite).

Le diagnostic pourra être posé en fonction de l’histoire du patient, des signes typiques au niveau des articulations et des divers examens qui viendront compléter le bilan : radiographie, examen du sang avec dosage du « Facteur Rhumatoïde » et des facteurs d’inflammation.

 

Traitement et prise en charge : le traitement de la PR se base sur plusieurs axes. On pourra proposer au patient des moyens « physiques » comme la cryothérapie, les massages et la gymnastique, mais aussi des médicaments qui vont agir contre les douleurs que ressent le malade : anti-inflammatoires « classiques » et sélectifs, Corticoïdes et substances anti-rhumatismales (Méthotrexate, Hydroxychloroquine). Depuis quelques années, on a mis au point des anticorps (anti-TNF alpha) agissant au niveau des molécules qui provoquent l’inflammation. Enfin, l’injection de substances radio-actives (radiosynoviorthèse) et des interventions chirurgicales visant à ôter la synoviale ont également fait leurs preuves dans les cas difficiles.

Commenter cet article

traitement arthrose 21/01/2015 12:03

Un très bon article sur cette pathologie auto-immune qui ronge les articulations mais aussi les vies de ceux qui en sont sujets.

Isabelle 30/05/2012 13:54

J'ai eu des résultats intéressants avec des soins reiki et des fleurs de bach. Lors de la 1ère consultation, la personne avait les mains et les pieds déformés et ne pouvait plus se servir de son
bras droit. Elle se situait à 8/10 sur une échelle de douleur. Lors de la 3ème et dernière séance, elle était à 2/10 et se resservait de sa main pour manger.

mermoialzheimer 30/04/2012 21:05

blog très intéressant, une véritable mine d'or!!! Excellente documentation, très bien expliqué, parfait. Merci

fethia 12/02/2011 23:31


je suis une femme de 45 ans je souffre de cette maladie depuis 15 annee j ai essayee beaucoup de medicament mais pas d amelioration . Mon rumatologue m a propose le methotrexate et je veux avoir
des information sur ce traitement surtout des malades qui l on essayes


mandon laurence 27/10/2010 08:39


En arret depuis huit jours, une douleur à l'épaule gauche forte mais ne bloquant pas ma mobilité, me force au repos elle s'accompagne de douleur au poignet gauche, mon coté droit m'ayant déjà fait
consulté pour une douleur persistante au poignet droit avec radiation de la douleur à l'avant bras, mon épaule l'est aussi mais pas handicapante comme le coté gauche. une echo de la main droite a
confirmé un kyste apparent au poignet , j'ai une attelle de repos. Mes deux membres supérieurs ne sont que douleurs. A noter que mon genou droit me cause des crises inflammatoires régulièrement et
selon la radio ce sont des poussées d'arthrose. Voilà le tableau : que puis envisager comme avenir professionnel sachant que je suis ouvrière d'usine en agro alimentaire