L'Hypertension artérielle

Publié le par Systole

L’hypertension artérielle (HTA) est l’un des facteurs majeurs responsables de la mortalité dans les pays industrialisés : en effet, l’infarctus du myocarde (« crise cardiaque ») et l’accident vasculaire cérébral (« attaque cérébrale ») sont favorisés par une tension artérielle trop élevée. En plus de cela, l’hypertension peut provoquer avec le temps des complications au niveau des yeux, des reins et d’autres organes, d’où l’importance de la surveiller et de la traiter.

 

Epidémiologie : Dans les pays industrialisés de l’Occident, on pense qu’environ 20% de la population adulte souffre d’hypertension artérielle. Parmi les patients avec une tension trop haute, près de la moitié n'a pas de traitement ou est traité de manière insuffisante.

 

Définition : la tension artérielle définit la tension avec laquelle les artères (vaisseaux sortant du cœur) vont resister au flux sanguin. On distingue la pression artérielle systolique (c’est-à-dire celle qu’on obtient lorsque le cœur se contracte) et la pression artérielle diastolique (quand le cœur se relâche pour se remplir de sang). La valeur normale de la tension est de < 130 mmHg (millimètre de mercure) pour la valeur systolique et de <85 mmHg pour la tension artérielle diastolique, qu’on note 130/85 (« 130 sur 85 »). Dans la population et même dans le milieu médical, on entend souvent parler de « 12 sur 8 » par exemple ; ceci se rapporte à des valeurs en centimètre de mercure, mais officiellement, on devrait s’exprimer en millimètre et donc dire « 120 sur 80 ».

On parle d’hypertension artérielle quand on retrouve une tension supérieure à 140 mmHg pour la systolique et/ou supérieure à 90 mmHg pour la valeur diastolique.

 

Classification : dans environ 90% des cas, l'hypertension artérielle est une maladie dite primaire, c’est-à-dire qu’elle intervient sans cause apparente (HTA essentielle), tandis que pour les 10% des cas restants (HTA secondaire), l’hypertension est une conséquence d’une autre maladie : un problème au niveau rénal ou endocrinien (hormones de la glande surrénale par exemple). Il sera donc important pour le médecin d’exclure une hypertension artérielle secondaire.


 

Complications de l’hypertension : Tout comme le diabète, l’HTA est une maladie insidieuse dans le sens où peu de symptômes sont présents chez le patient qui ainsi rechignera à aller voir un médecin ou se traiter. Pourtant, les conséquences à long terme sont extrêmement sérieuses. De nombreux organes vont souffrir de cette pression trop élevée : la paroi des vaisseaux va se durcir (artériosclérose), ce d’autant plus que le patient présente d’autres risques cardiovasculaires (diabète, obésité, tabagisme…). Citons les conséquences sur les yeux (lésions de la rétine), le rein (diminution de ses performances), le cœur (épaississement du muscle cardiaque) et les artères des jambes (ce qui va provoquer des douleurs et une difficulté à marcher). Avec le temps, le patient est exposé à un risque important d’infarctus (la première cause de mortalité dans nos contrées) et d’attaque cérébrale (troisième cause de mortalité).

 

Prise en charge et traitement : En premier lieu, il s’agit de poser le diagnostic d’hypertension. Celui-ci repose sur une prise de la tension (au moyen d’une manchette adéquate) qui indique des valeurs au-dessus de la norme à plusieurs reprises. Ensuite, il s’agira, au moyen de divers examens, de savoir si on a à faire à une hypertension artérielle « essentielle » ou secondaire à une autre maladie.

Si l’HTA est secondaire, on traitera la cause sous-jacente (maladie rénale, endocrinienne…). Dans le cas contraire, on procédera par paliers : tout d’abord on prendra des mesures générales qui sont particulièrement importantes. Elles consistent à normaliser son poids le cas échéant, pratiquer une diète pauvre en sel et préférer une nourriture méditerranéenne (beaucoup de légumes, fruits, peu de graisses animales). De plus, on évitera si possible le tabac, le café et l’alcool et on pratiquera de l’exercice physique. Dans environ un quart des cas, une hypertension modérée pourra être normalisée. Si ces mesures ne sont pas suffisantes, il faudra utiliser des médicaments qui baissent la tension artérielle. Il en existe plusieurs classes (diurétiques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, anticalciques et beta-bloquants) et ils sont généralement bien tolérés.

Commenter cet article

plombier paris 14/02/2015 16:28

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Parmentier 18/11/2011 17:19

Bonjour,

J'ai toujours eu une "petite" tension artérielle 10 ou 11 et dès qu'elle monte à 13 ou 14 j'ai des violents maux de tête parfois des nausées. Je ne comprends pas pourquoi les médecins ne tiennent
pas compte de cette petite tension, ils trouvent ça normal à 13 ou 14 .

SysTooL 30/12/2007 12:44

Mat : Oui, tout à fait, c'était un choix car je comptais un jour faire un article sur la grossesse... mais c'est vrai que je pourrais ajouter quelques lignes dessus! Merci de m'y faire penser!

MatMat 30/12/2007 09:53

tu ne parle pas des problèmes d'hypertension pour les femmes enceintes !!!

Françoise 06/07/2007 17:54

Excusez moi pour la confusion, lorsque je parlais de l'ancienneté du dernier message cela concernait celui de Julie du 04/04/07 et non pas un des miens, j'ai écris pour la premiere fois le 05/07/07.
Je vais poser une question tres bête, mais peut on ce tromper entre un adenome de conn et un phéochromocytome?
Je dois dire tout de même que depuis mon opération je revie, je n'arrivais plus à marcher ou meme à bricoler tellement cela me faisait mal aujourd'hui j'ai retrouvé un peu la peche, surtout je peux marcher sans que mes jambes se bloquent, mais il reste des petits soucis, telque mon bras gauche qui me fait toujours mal il est tres lourd et devient tres vite rouge/violet, on me dis que tout va bien pourtant. Enfin bref je ne vais pas vous embeter avec tout ça.
J'ai un glaucome ouvert et un debut de catarate y aurait il une correlation avec l'HTA ?
Enfin bref il faudrait des année pour tout marquer ...
Merci, merci beaucoup.
@+

Systole 08/07/2007 18:49

Non, on ne peut pas décemment confondre un phéo avec un adénome de Conn... pour le phéo, on trouve souvent des "crises hypertensives" avec un patient qui devient pale, transpirant et qui présente des maux de tete... le diagnostic se fait par dosage de certaines hormones (adrénaline, noradrénaline) dans le sang et les urines...Glaucome et Cataracte en corrélation avec l'HTA... non, ce sont toutes trois des maladies très fréquentes, mais des tas de personnes non-hypertendues ont un glaucome ou de la cataracte...