Les Maux de tête (les Céphalées)

Publié le par Systole

Les céphalées constituent un motif de consultation fréquent, la difficulté pour le praticien étant de distinguer si elles surviennent de façon « primaire » ou si elles représentent un symptôme d'une maladie sous-jacente (=céphalées secondaires)

Nous allons brièvement répertorier les céphalées primaires principales (migraine, céphalées de tension, céphalées en grappe) et citer quelques pathologies pouvant provoquer des maux de tête.


CEPHALEES PRIMAIRES


La Migraine

Plus de 10% de la population générale souffre de migraine, une affection qui débute le plus souvent avant 45 ans et même dans l'enfance chez près de la moitié des patients. L'explication physiopathologique est complexe, mais on pense qu'il s'agit d'une dysfonction au niveau de canaux ioniques se trouvant à la surface des cellules, ce qui va provoquer une dilatation des vaisseaux cérébraux.

Ceci va entraîner des maux de tête durant généralement 4-72 heures, touchant typiquement une moitié du crâne (hémicrânie). Ces douleurs sont pulsatiles, c'est-à-dire qu'elles  « tapent » à intervalle régulier comme le battement du coeur, et empêchent une activité quotidienne normale. Le patient présente souvent des nausées ou des vomissements durant la crise de migraine et se considère particulièrement gêné par la lumière (photophobie) ou le bruit (phonophobie). Chez un quart des migraineux, on notera des symptômes précédant les maux de tête : l'aura. Ils se manifestent par des troubles visuels (perte d'une partie du champ visuel, scintillement lumineux prenant le plus souvent une forme de zig-zag ou de créneau), mais parfois également par une perte de sensibilité d'un membre, un trouble du langage, voire un déficit de la motricité, témoins de l'origine cérébrale de la migraine.

On utilise essentiellement, pour traiter une crise de migraine, des anti-inflammatoires (aspirine, ibuprofène...) ou du paracétamol, associés éventuellement à un médicament pour « relacher » l'estomac et prévenir les vomissements. Depuis quelques années, il existe une nouvelle classe de médicaments (les triptans) ayant montré une efficacité supérieure aux anti-inflammatoires classiques et agissant au niveau de récepteurs à la sérotonine, un messager chimique (neurotransmetteur).

Pour ce qui est du traitement prophylactique (pour éviter de nouvelles crises), on utilise divers agents pendant plusieurs mois comme des beta-bloquants ou des anti-calciques – connus pour traiter l'hypertension artérielle – mais aussi des anti-dépresseurs ou des anti-épileptiques, bien entendu parce qu'ils ont une action sur les neurotransmetteurs ou des canaux ioniques, et non pas parce que le patient migraineux souffre de dépression ou d'épilepsie!


Les Céphalées de tension

Il s'agit du terme médical pour désigner les maux de tête dont nous souffrons tous de temps en temps. L'origine est peu claire, mais l'on sait que ces maux de tête sont souvent déclanchés par le surmenage ou le manque de sommeil. Ces douleurs se situent en principe dans tout le crâne, donnent une impression de pression ou de poids dans la tête et ne sont généralement pas associées aux autres symptômes qu'on retrouve dans une migraine (vomissements, gêne à la lumière et au bruit). Le traitement repose aussi sur des anti-inflammatoires et dans les cas où ces épisodes sont fréquents, des médicaments sont requis à long terme (anti-dépresseurs). Des séances d'acupuncture ou de relaxation ont montré un bon effet.


Céphalées en grappe

Ce terme regroupe les maux de tête ayant pour origine une irritation du nerf trigéminal (qui assure la sensibilité du visage) et les fibres nerveuses du système parasympathique (sudation, tension artérielle, rythme respiratoire...). Ces maux de tête sont plus brefs que dans une crise de migraine, durant le plus souvent quelques minutes. Le patient est agité et impatient et on peut noter une rougeur de l'oeil, un nez qui coule ou une transpiration abondante. On les nomme « en grappe » car les crises surviennent souvent à la suite durant une période de quelques jours et peuvent laisser le patient tranquille pendant plusieurs semaines, par la suite. On préconisera, lors d'une crise, un traitement à base d'oxygène ou encore des triptans. Un traitement de fond peut être instauré pour prévenir de nouvelles crises et se base sur des anti-calciques ou parfois des corticoïdes.


CEPHALEES SECONDAIRES

Il s'agit de maux de tête qui surviennent dans le contexte d'une autre maladie, telle qu'une infection, une tumeur, une crise d'épilepsie ou encore un traumatisme crânien ou la prise abusive de substances. Le traitement visera en premier lieu le problème à l'origine des maux de tête.


 

A LIRE EGALEMENT...

L'excellent blog d'une migraineuse

Commenter cet article

Altamura 15/05/2010 18:07


Bonjour, je souffre depuis de nombreuses années de céphalées. j'ai eu une méningite à l'âge de 4 ans et les médecins ont dit que les douleurs seraient de plus en plus fortes avec les années.
Heureusement,ce n'est pas le cas. J'aimerais qu'on m'explique pourquoi après une méningite, on retrouve de tels problèmes. Merci


lucie 20/12/2009 19:55


Merci d'être passé chez moi pour me remercier de mon passage, je vous remercie également du vôtre! lucye


SysTooL 24/08/2008 21:38

Commentaire très intéressant. Il permet de mettre en lumière les méthodes, les tentatives de patients qui recherchent des solutions (et en trouvent)! Merci beaucoup!

Petite précision : la sérotonine n'est pas un acide aminé en soi, mais un neurotransmetteur. Ensuite, pour les taux bas chez les dépresseurs, c'est effectivement ce qu'on pense et la base du traitement par les SSRI, mais ce n'est pas un test très fiable. En tout cas, si l'administration d'acides aminés vous a aidé, tant mieux!

Chantal 24/08/2008 19:21

Bonjour,
Je suis migraineuse depuis 24 ans. Je suis passée de 2 migraines par mois à 28 par mois en 2003. J'avais tellement mal que je ne savais pas où mettre ma tête, malgré Dafalgan codéiné, Paracétamol (jus de chaussettes pour moi) ou Triptan.

J'ai alors passé un test d'INTOLERANCE ALIMENTAIRE (prise de sang) : sur les 180 aliments testés, 50 ne me convenaient pas. Notamment, alcool, chocolat, lait, oeufs, fromages, blé, orge, seigle, kiwi, épinard, framboise, orange, levure, noix de coco, amande ..... Je n'en mange plus. Je suis contente : mes migraines ont diminué en intensité et sont devenues supportables.

Dès le début d'une crise (et même avant car je "sens" quand j'en aurai une), je mets toujours un COLD PACK très froid sur le front puis je VARIE le traitement (important de varier pour éviter la dépendance à une substance) :
- soit un TRIPTAN si je dois sortir ou travailler (2 fois par mois)
- soit quelques gelules de GUARANA, excellent car il a les propriétés du café, sans avoir les inconvénients.
- soit un COCA si je sens que la migraine ne sera pas trop forte et pas plus de deux fois par semaine, car j'ai remarqué que si j'en prends quatre-cinq jours de suite, j'ai une plus forte migraine par la suite.

Il y a trois mois, j'ai passé un test de sang pour voir le taux de mes ACIDES AMINES. On y a vu un taux trop bas pour la SEROTONINE et pour deux autres acides aminés. Le médecin m'a prescrit du tryptophane (cela aidera à faire remonter le taux de sérotonine car un taux bas de sérotonine se remarque chez les dépressifs, les migraineux et ceux qui ont de la fibromyalgie ) et des Oméga3 pendant 5 mois. Cela va mieux. Je peux même me promener avec une migraine.

Ah oui, j'oubliais. Au début d'une migraine, j'inspire et expire lentement. Cela détend car le mal entraîne une tension. Si vous voulez plus de renseignements, je vous invite à aller voir le site www.guerir.fr et taper sur le lien COHERENCE CARDIAQUE. Il y a 4 vidéos avec Dr David Schreiber-Servan. Fondamental et efficace.

J'espère que j'ai pu vous aider.

Rainette 19/01/2008 20:28

Il n'était visiblement pas suffisant que je sois épileptique (grand mal) depuis que j'ai 14 ans (j'en ai 47) il a fallu que je sois opérée il y a 10 ans d'un bon gros méningiome pariétal. Depuis 4 ans je souffre de migraines... tout y passe, troubles visuels, de la parole et fourmillements dans la main gauche et le visage... pour les médocs, c'est limité en raison de l'épilepsie. Une greffe de tête ? on peut ? (je rigole, mais juste un peu) Votre blog est une mine d'infos, merci.

Systole 20/01/2008 12:50

Bonjour Rainette! C'est vrai que vous cumulez les pathologies nerveuses... entre les crises épileptiques, le méningiome et les migraines, vous êtes servie!...Je vous content d'apprendre que cet blog vous est utile!